Nouveau contrôle technique : à quoi s’attendre ?

A partir de mai 2018, le nouveau contrôle technique entrera en vigueur.

Et avec lui, son lot de changements.

Focus sur ce qu’il faut savoir sur le nouveau contrôle technique pour votre camping-car

La nouvelle réglementation aura pour but de lutter contre l’insécurité routière au niveau Européen. L’harmonisation des règles au niveau Européen passe donc par ces nouvelles normes de pollution et de sécurité.

Chaque véhicule léger, camping-car ou voiture, sera soumis à ce nouveau contrôle technique tous les deux ans. Cela ne change pas la prochaine date de votre prochain contrôle prévu initialement.

Un nouveau contrôle technique plus poussé et plus minutieux

De 133 points de contrôle, le nouveau contrôle technique passera à 610 points de défaillance potentielles. Il n’y aura que 8 points de plus véritablement mais ce sont bien 610 points qui pourront être évaluer sur différents degrés de gravité.

Et c’est là tout le changement du process puisqu’il y aura plus de défaillances majeures entraînant une obligation de réparation.

NouveauCt2018

Et suivant le degré, le délai pour réparer l’anomalie s’allonge.  Si vous avez un défaut mineur, cela devra être résolu mais sans obligation de repasser devant le contrôleur. S’il s’agit d’un défaut majeur, vous devrez résoudre l’anomalie sous un délai de deux mois. Enfin, si votre défaillance est critique, le véhicule est désormais immobilisé au-delà du jour du contrôle. Cela signifie que vous pouvez rentrer chez vous, mais surtout passer en atelier de votre garage afin de résoudre l’anomalie. Sans ça, vous ne pouvez plus légalement rouler avec votre camping-car.

Quelques exemples de défauts critiques parmi les 129 susceptibles d’être relevés : usure excessive des plaquettes de frein, plaquettes de freins encrassées, pneumatiques non conformes à la capacité de charge, jeu excessif dans les éléments de direction, visiblement fortement entravée dans la zone de balayage des essuies-glaces, fêlure ou déformation d’une traverse, fuite de carburant…

Pour ce qui est du coût de cette nouvelle règle en vigueur : dès le 20 mai un contrôle technique d’un camping-car vous coûtera en moyenne 20% plus cher qu’auparavant.

La carte grise devra formellement être conforme au véhicule et comporter l’indication VASP.

Quels objectifs pour ce nouveau contrôle technique ?

Plus sévère et plus cher, l’évolution du contrôle technique a pour objectif de réduire de moitié le nombre de tués sur les routes d’ici 2020. En tant qu’outil fondamental de sécurité routière et de protection de l’environnement, cette mise à jour du système de contrôle de tous les véhicules était donc nécessaire.

A noter :

A noter que pour votre fourgon qui ne serait pas aménagé d’origine ne pourra pas passer en camping-car mais passera en VASP (véhicule automoteur spécialisé de PTAC inférieur ou égal à 3.5T).  Mais au delà de cela, il s’agit pour les contrôleurs de s’assurer que les normes en matière d’électricité, d’installations de gaz soient respectées.

Si vous souhaitez revendre votre camping-car, rien ne change, le contrôle technique doit toujours dater de moins de six mois.

Que faire pour s’assurer de passer le contrôle technique avec succès ?

L’entretien régulier de votre camping-car est gage de sérénité lors du passage au contrôle technique. Réalisez une vérification complète de votre camping-car au moins un mois avant le jour J. Vous pourrez alors ajuster ou rôder des éléments comme les plaquettes de freins par exemple.

A noter que le pré-contrôle technique est souvent gratuit et peut vous éviter une déconvenue lors du jour J et peut être vous aider à anticiper les réparations au besoin.